Un autre regard pour changer de vie professionnelle

changer-de-vie-professionnelleDepuis quelques mois, ma vie professionnelle a complètement changé et je profite du bonheur de pouvoir commencer ma journée sans stress. Ce matin, je médite devant mon jardin enneigé, un léger rayon de soleil illumine ce paysage de douceur et m’envahit de bien-être et je pense au plaisir que j’ai de pouvoir faire des activités qui me passionnent et notamment celle d’écrire sur mon blog.

Pendant la première partie de ma carrière, ma vie professionnelle a consisté à faire un travail qui me permettait de gagner ma vie mais sans épanouissement personnel et ces dernières années, j’étais dans une belle cage dorée avec un bon salaire, un cadre de travail agréable et des collègues bienveillants. Le paradis pour tous ceux qui souffrent au travail ! Sauf qu’intérieurement, je me consumais d’ennui et que je rêvais changer de vie professionnelle pour me réaliser pleinement.

Comment ma vie professionnelle a changé

Quand on doit assumer seule son quotidien, rester dans sa zone de confort est bien plus sécurisant. Mais la vie nous renvoie toujours ce qu’on lui donne et pour moi cela a été une rupture conventionnelle pour me permettre de changer de vie.

J’ai pu gérer cette rupture de vie professionnelle en ayant appris à transformer mon mental et changer son mode de pensée permet de porter un autre regard sur ce qui nous arrive et sur tous les blocages créés par nos croyances inconscientes qui nous aident à nous construire dans la vie mais qui aussi nous empêchent de vivre une vie professionnelle plus épanouissante.

Pourquoi on ne change pas de vie professionnelle

Pour moi, changer de vie professionnelle, c’est travailler différemment : avoir un travail créatif, avoir du temps libre et la possibilité de travailler chez moi.

Mais pour beaucoup, changer de vie professionnelle, c’est postuler ailleurs pour un emploi similaire et même si les conditions de travail sont satisfaisantes, la plupart aspire à plus de bien-être, d’épanouissement, de reconnaissance et de relations harmonieuses au travail mais on finit par se contenter de son emploi par peur de se retrouver au chômage.

Pourtant ces peurs nous empêchent d’évoluer vers une activité correspondant pleinement à notre potentiel :

  • Peur de perdre ce que l’on a,
  • Peur de manquer d’argent,
  • Peur de ce que vont penser les autres,
  • Peur de ne pas réussir.

Mes clés pour réussir son changement de vie professionnelle

On ne peut pas changer de vie si on ne change pas son état d’esprit. Notre mental nous ramène toujours à ce que l’on connaît car le changement fait peur.

Voici les clés qui m’ont permis d’y arriver :

  1. Avoir un désir ardent de changer de vie, on y pense tout le temps, cela devient une obsession.
  2. Trouver sa passion de vie : qu’est ce qui me fait vibrer !
  3. Décider de prendre le contrôle de sa vie.
  4. Lire des ouvrages de développement personnel pour apprendre à maîtriser son mental, gérer ses peurs, ses doutes et ouvrir son esprit pour devenir acteur de sa réussite.
  5. Travailler sur soi pour décoder nos croyances limitantes et modifier les mauvais aiguillages qui nous empêchent de réaliser nos rêves.
  6. S’entourer de personnes optimistes et entreprenantes pour nous encourager dans notre démarche.
  7. Etre déterminé, persévérant et POSITIF.

Par ces actions, je porte un autre regard sur l’évolution de ma vie et ce changement me permet d’avancer sur ma vie professionnelle en m’offrant la possibilité de me former à de nouvelles compétences pour exercer de nouvelles activités répondant à mes aspirations.

Quand on est motivé et passionné par ses projets, on attire à soi les personnes et les opportunités pour réussir ses objectifs.

Partager cet article

4 réponses à Un autre regard pour changer de vie professionnelle

  • Bonjour,
    Je trouve cet article porteur de conseils judicieux.
    J’ai, moi-même été au bord du burn-out au cours de mes différentes vies de salarié en qualité de dirigeant d’entreprises, et j’aurais apprécié avoir ce partage d’expériences à lire à ces époques.
    Maintenant, j’ai 56 ans et je suis en cours d’un ultime changement de vie. Je crée un cabinet de coaching pour partager mes expériences et tenter d’aider les autres à éviter les erreurs que j’ai commises. Merci pour ces clés de changement qui, je n’en doute pas, ouvrent les portes du bonheur.

    • Merci pour ce partage et bravo pour votre cabinet de coaching !
      Beaucoup de personnes subissent leur travail. Quand on comprend que l’on est acteur de sa vie professionnelle et que l’on acquière des outils pour créer ce que l’on souhaite, on devient libre …

  • Merci pour cet article, un bon antidote à un mal trop courant surtout chez nous, Français, souvent si rapides à voir immédiatement les obstacles (et à s’y arrêter…) dans chaque opportunité qui se présente.. La peur du regard des autres, mais aussi de notre propre regard sur soi, le prétexte de l’âge, tout cela agit comme autant de freins pour construire la vie à laquelle on aspire. J’ai moi-même repris des études d’informatique à 45 ans (j’étais mère-célibataire avec une petite fille à charge) après une carrière d’infirmière. Malgré « l’âge », les doutes envenimés par les réactions de mon entourage, j’ai trouvé un emploi dans une SSII dont le recruteur m’a avoué rechercher les profils « atypiques » comme le mien, preuve pour lui d’une ouverture d’esprit et d’une capacité d’adaptation pas toujours très répandue dans ce domaine… A ce propos, je conseille la lecture d’un livre qui m’a beaucoup regonflée dans les moments de doute : « En finir avec la crainte de changer » d’Alain Orsot , qui met le doigt sur toutes les « mauvaises » raisons (mais si bien ancrées) qui nous empêchent de nous jeter à l’eau, en nous aidant à y faire face de façon pratique.

    • Merci Séverine pour votre témoignage qui montre que l’on peut arriver à sortir de sa zone de confort et affronter les craintes du changement pour se lancer vers une vie professionnelle plus épanouie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *