Défibrillateur cardiaque en entreprise : quelles sont les obligations ?

Pourquoi équiper son entreprise avec un défibrillateur cardiaque ?

Défibrillateur cardiaque en entreprise : quelles sont les obligations ?

620 349 Marie-Pierre

Outil indispensable en cas d’arrêt du cœur, un défibrillateur cardiaque est utile dans le cadre de la préservation de la santé des salariés au travail.

Son utilisation rapide lors d’un accident cardiaque peut significativement réduire la mortalité en entreprise avant l’arrivée des secours.

L’installation d’un défibrillateur dans les locaux de travail n’est pas une obligation. Toutefois, en cas d’arrêt cardiaque, la responsabilité de l’employeur peut être engagée. Cela relève de l’accident du travail, et donc de l’obligation de protéger la santé physique des salariés.

La défibrillation cardiaque en entreprise

Un défibrillateur cardiaque est un dispositif médical qui sert à réanimer des personnes victimes d’un arrêt cardiaque. Avec l’aide d’un massage cardiaque, l’appareil apporte une défibrillation qui a pour but d’améliorer la réanimation et d’augmenter les chances de survie de la personne.

En effet, un arrêt cardiaque doit être traité dans les minutes qui suivent. Un défaut d’intervention rapide est susceptible de causer la mort de la victime.

Le défibrillateur délivre des chocs électriques avec la bonne intensité sur le thorax, afin de restaurer l’activité circulatoire. Il permet ainsi de resynchroniser les contractions des fibres du myocarde, et de redémarrer les battements du cœur.

Avant de procéder à une défibrillation, un massage cardiaque permet de remettre en marche le cœur en attendant les secours médicaux.

Quelles utilités en entreprise ?

En entreprise, les personnes à risques, les salariés avec des antécédents ou même les employés en bonne santé, peuvent être victimes d’accidents cardiaques, d’infarctus, d’un arrêt de la respiration ou d’une crise cardiaque.

Ce genre d’accidents survient sans sommation. Sans prise en charge immédiate, les accidents cardiaques entraînent rapidement la mort.

Afin de préserver la santé des salariés, mais surtout pour bien se préparer à ces éventualités, une entreprise ou un lieu de travail se doit d’avoir un défibrillateur cardiaque à disposition.

De plus, il convient de souligner que selon la réglementation du travail,  tout décès ou accident survenu sur le lieu du travail,  implique la responsabilité des dirigeants, mais aussi de l’entreprise.

La mise en place d’un défibrillateur cardiaque est donc tout à fait légale et indispensable dans le milieu du travail.

Défibrillateur cardiaque : les obligations de l’employeur

L’article R.4224-14 du Code du Travail, stipule que tous les lieux de travail doivent être dotés de matériels et d’équipements de premier secours adaptés à la nature des risques facilement accessible.

À cela s’ajoutent également les nouvelles dispositions prises en 2018. Le décret n°2018-1186 du 19 décembre 2018 oblige les établissements recevant du public à s’équiper d’un défibrillateur cardiaque automatique.

Toute structure accueillant des personnes âgées, des personnes handicapées, les établissements de soins, les gares, les hôtels et restaurants d’altitude ou encore les refuges de montagne et les établissements sportifs, sont dans l’obligation d’installer un défibrillateur sur le lieu du travail.

Installer un défibrillateur sur le lieu de travail

Les défibrillateurs automatisés externes ou DAE sont les dispositifs médicaux autorisés pour le grand public. Tout le monde peut l’utiliser. Ces appareils disposent d’électrodes autocollantes sur la peau nue du thorax.

Ils fonctionnent en analysant l’activité électrique du cœur, dans le but de déceler une fibrillation ventriculaire. Ils délivrent alors des chocs électriques si cela s’avère nécessaire.

Choix du défibrillateur cardiaque (Défibrillateur Automatisé Externe – DAE)

Il existe deux types de DAE dont le fonctionnement varie au moment de la défibrillation.

  • Les défibrillateurs entièrement automatiques ou DEA : ces appareils délivrent automatiquement les chocs électriques, lorsqu’ils en jugent nécessaire.
  • Les défibrillateurs semi-automatiques ou DSA : les appareils ont besoin d’être actionnés manuellement par un bouton, avant qu’ils ne délivrent les chocs électriques en cas de besoin. Le DSA a la particularité d’être accompagné par une assistance vocale qui guide pas à pas les étapes à faire, à commencer par le massage cardiaque jusqu’à la livraison des chocs.

Il est important de noter que seuls les DAE sont en mesure de diagnostiquer et de décider de la nécessité de choquer ou pas la victime. Ainsi, selon la réglementation concernant les DAE, il ne faut pas se presser d’appuyer sur le bouton. Le plus indispensable reste le fait de bien placer les électrodes à la bonne place.

La formation sur l’usage du défibrillateur cardiaque

Selon la réglementation défibrillateur, si l’employeur décide d’installer ce genre de dispositif, il doit former ses employés à l’utilisation de ce dispositif médical en cas d’arrêt cardiaque.

Les secouristes ou le personnel autorisé ou en charge de l’application d’un défibrillateur doivent ainsi suivre des formations initiales ou continues, pour maîtriser l’utilisation de ce dispositif médical. La Caisse Nationale de l’Assurance des Travailleurs Salariés, a déjà mis en place cette formation dans le programme des sauveteurs et des secouristes au travail (SST).

La formation SST numéro 1 permet par exemple de reconnaître les signes d’une crise cardiaque, de maîtriser l’utilisation d’un défibrillateur cardiaque dans un état de panique ou de stress, d’utiliser le dispositif avant l’arriver des équipes médicales de secours.

En plus des formations SST, il existe également des modules courts destinés aux salariés portant sur les consignes d’utilisation du dispositif médical.

La maintenance du défibrillateur

En outre, l’employeur devra s’assurer de la maintenance et de l’entretien du défibrillateur cardiaque ainsi que de la vérification périodique pour garantir le bon fonctionnement du dispositif médical.

L’installation d’un défibrillateur en entreprise, doit se faire sur un lieu de passage, facile d’accès et à la portée des secouristes. Le dispositif doit être protégé dans une boite murale à l’abri de l’humidité, de la chaleur et du froid.

L’entreprise doit également procéder à une vérification périodique des composants de l’appareil (batterie, électrodes, chargeur). Une surveillance régulière des autotests et de l’état de marche de l’appareil doit également être réalisée.

 

 

Partager cet article

Laisser une réponse