Quand la dépendance au travail mène au burn-out

dependance-au-travail

Quand la dépendance au travail mène au burn-out

480 360 Marie-Pierre

La dépendance au travail ? A peine imaginable pour la plupart des salariés contents de voir enfin leur journée de travail se terminer ou pour ceux qui attendent le week-end avec impatience pour profiter de leurs loisirs.

Et pourtant l’addiction au travail existe. Ce sont des personnes très motivées et très investies dans leur travail, elles ont le profil parfait des futures victimes du burn out.

Etes-vous un work addict ou connaissez-vous dans votre entourage des personnes atteintes de workaholisme ?

Comment savoir si vous êtes atteint de dépendance au travail ?

Dans notre société, la dépendance au travail est relativement répandue, voire banalisée puisque socialement acceptée ; même si ses effets ont de graves répercussions sur la santé physique, mentale et sociale.

Comment en arrive t-on là ? A quel moment la motivation au travail se transforme en dépendance au travail et conduit au burn-out ?

Cette situation touche les salariés mais aussi les entrepreneurs et les chefs d’entreprise.

Pour le chef d’entreprise, soit il est passionné par son métier. Soit il est pris par ses responsabilités, veut tout gérer par lui-même et sait pas déléguer.

Pour l’entrepreneur, soit il n’a plus l’impression de travailler et se retrouve pris dans les filets de sa passion. Soit il n’a pas assez de chiffre d’affaires et travaille sans cesse pour trouver des clients, et ne prend pas de temps pour sortir le nez du guidon !

Prendre conscience que l’addiction au travail mène au burn-out

La dépendance au travail est un investissement excessif dans son job. Notre travail a du sens, on a enfin le job que l’on souhaitait, on réussit et on a le sentiment d’exister, d’être utile et d’être reconnu.

Certes,  une vie professionnelle qui procure du plaisir est un facteur de motivation et de bien-être au travail. Mais quand le travail devient notre seule source de satisfaction dans notre vie, les conséquences psychiques et physiques peuvent être très lourdes.

Petit à petit, le travail devient une drogue qui pousse à consacrer de plus en plus de temps et d’énergie à son activité professionnelle au détriment de sa vie familiale, sociale et de sa santé. On va prendre en charge plus de travail qu’on ne peut en gérer, on devient débordé et on travaille tard le soir, le week-end et pendant les vacances.

Le work addict ne sait plus trouver de plaisir en dehors du travail. Le temps libre, le week-end et les vacances sont sources d’insatisfaction alors que le travail est une forme de valorisation, de reconnaissance et de gratification permettant de maintenir une bonne estime de soi.

Mais le pire, c’est que l’on ne s’en rend pas compte, c’est une spirale qui vous aspire toujours plus !

Sauf que la dépendance au travail conduit petit à petit au syndrome d’épuisement professionnel : on dort mal, on est fatigué et le niveau de stress augmente. La concentration baisse, on fait des erreurs et on travaille encore plus pour rattraper le retard.

C’est insupportable pour le work addict qui veut toujours être performant. Il se culpabilise de ne plus assurer, il perd confiance en lui mais il fuit le problème et ne cherche pas de solutions. Pour gérer cette situation, il va mettre en place un comportement de sur-adaptation et c’est ainsi que commence la glissade vers le burn-out !

Comment le burn-out va bientôt se produire ?

A moyen ou long terme, ce comportement excessif va avoir des répercussions physiques. Le burn-out se développe chez le work addict car il  sollicite de manière importante et répétitive son organisme et ne va pas écouter son corps et les signaux d’alarme qu’il lui envoie : maux de tête, troubles du sommeil, troubles digestifs, lombalgies …

Comme les capacités de défense de l’organisme s’épuisent de plus en plus, très rapidement s’installent une fatigue et un épuisement avec une sensation de perte d’énergie, de fatigue intellectuelle et d’épuisement émotionnel.

Cela provoque un sentiment d’impuissance, de dépression voire de désespoir : c’est le burn-out ! On est brûlé à l’intérieur ! Cela a pour conséquence un arrêt de travail temporaire, voire une incapacité à reprendre son travail.

Comment sortir de la dépendance au travail pour éviter le burn-out

La dépendance au travail est un comportement toxique qui cache souvent une difficulté relationnelle avec soi-même, on ne sait pas exister en dehors du travail. C’est une fuite de soi pour ne pas voir le quotidien et qui traduit une difficulté à ne pas prendre en compte ses besoins et ce qui est important pour soi.

Pour sortir de l’addiction au travail, il va falloir admettre qu’il est important de :

  • redevenir bienveillant avec soi,
  • prendre soin de son corps et de son mental,
  • mettre en place de nouveaux comportements pour retrouver un sens à sa vie et redéfinir ses priorités.

Entrepreure depuis quelques années, j’ai une tendance à me laisser embarquer par mon travail devenu une passion, et par mon besoin d’avoir une vie remplie pour ne pas m’ennuyer.

Voici quelques pistes que je partage avec vous pour vous aider dans cette démarche.

Lever le pied

Vous ne pourrez pas arrêter de travailler sans cesse du jour au lendemain ! Mais vous pouvez commencer par changer quelques habitudes :

  • Diminuez graduellement votre temps de travail.
  • Prenez une pause déjeuner qui vous ressource.
  • Terminez votre journée à 19h00 au plus tard.
  • Finissez le vendredi à 17h00.
  • Accordez-vous au début au moins un week-end par mois et reposez-vous.

Apprendre à écouter ses  ressentis et ses besoins

  • Prenez tous les jours un petit moment pour être à l’écoute de vous-même : votre corps, votre moral.
  • Le matin ou le soir, c’est un rendez-vous avec soi. Au début 5 minutes et petit à petit vous prendrez plaisir à vous connecter à votre être intérieur.
  • Apprenez l’art de la méditation et développez une vie intérieure riche

Trouver d’autres sources de satisfaction que le travail

Quand le travail est devenu une habitude, retrouver du plaisir à faire autre chose n’est pas aisé au début.

  • Faîtes une liste des activités qui pourraient vous procurer du plaisir, et sélectionnez 2 activités que vous pourriez pratiquer.
  • Recherchez où vous pourriez pratiquer ces activités.
  • Intégrez au moins l’une de ces 2 activités dans votre agenda.
  • Dans quelques temps, efforcez-vous de pratiquer la 2e activité.

Retrouver une vie sociale

Quand on est plongé dans le travail, on néglige sa vie sociale et ses amis.

  • Organisez des réunions avec votre famille, des soirées avec vos amis.
  • Sortez pour rencontrer de nouvelles personnes.

« La vie n’est pas le travail : travailler sans cesse rend fou.»

Charles de Gaulle

Pour aller plus loin

Si vous vous reconnaissez dans cet article, si vous aussi vous avez connu la dépendance au travail : partagez votre expérience ou vos conseils en commentaire.

Partagez cet article si vous pensez qu’il peut aider des work-addict à prendre conscience de leur addiction au travail et à en sortir !

 

Partager cet article

Articles qui pourraient vous intéresser...
Concilier vie privée et vie professionnelle est primordial. 35 % des salariés éprouvent des difficultés à
Le blog du Bien-Etre au Travail a été sollicité par Goalmap pour une interview sur
Manger des fruits au travail contribue à une alimentation saine et équilibrée. Associé à de
Lorsqu’il est adapté et ergonomique, le mobilier de bureau est un facteur de bien-être au
Les maladies rhumatismales désignent les affections touchant essentiellement certaines parties du corps, dont les os,
  La mutuelle entreprise obligatoire doit être proposée par votre employeur à tous les salariés
Un commentaire

Laisser une réponse