Harcèlement moral au travail

par | 27 mai 2015 | Relations au travail, Santé au travail | 72 commentaires

Suite à la publication en 1998 de son livre « Le harcèlement moral, la violence perverse au quotidien », Marie-France Hirigoyen a reçu de très nombreux témoignages écrits, adressés par des victimes de harcèlement moral, et a mené une enquête. Elle analyse dans ce livre ce qu’est la notion de harcèlement moral.

Ce livre permet de comprendre ce qu’est une situation de harcèlement moral et comment elle se met en place.

Définition du harcèlement moral

« Le harcèlement moral au travail se définit comme tout conduite abusive (geste, parole, comportement, attitude) qui porte atteinte, par sa répétition ou sa systématisation, à la dignité ou à l’intégrité psychique ou physique d’une personne, mettant en péril l’emploi de celle-ci ou dégradant le climat de travail« .

Ce qui n’est pas du harcèlement moral

  • Le stress professionnel : même si la personne est accablée de travail dans de mauvaises conditions car il n’y a pas de malveillance, ni intention de nuire.
  • Le conflit: les reproches sont exprimés et on tente de résoudre le problème.
  • La maltraitance managériale: certain dirigeant caractériel font subir une pression terrible à tous les salariés mais c’est collectif.
  • Les agressions ponctuelles: C’est un acte de violence mais qui n’est pas répétitif.
  • Les mauvaises conditions de travail: un bureau étroit, mal éclairé avec un mauvais siège n’est pas du harcèlement sauf si un seul salarié est dans ce cadre.

Ce qu’est le harcèlement moral

Le harcèlement moral apparaît quand la personne visée perçoit de la malveillance et une intention de nuire à son égard : isolement, refus de communication, critique méchante, humiliation publique, insulte, violence. On empêche la personne de faire son travail dans le  but de se débarrasser d’elle, de l’obliger à démissionner.

Ce qui est terrible dans tous les témoignages, c’est que la personne se demande : « qu’est-ce que j’ai fait pour que l’on me veuille autant de mal ? » Elle ne comprend pas ce qui lui arrive car le but du harcèlement moral est de paralyser la victime pour qu’elle ne puisse plus se défendre et tombe malade.

Quelles sont les raisons qui poussent au harcèlement moral ?

1- Le refus de la différence. On est mis à l’écart parce qu’on n’est pas comme les autres : on dérange, on n’est pas assez performant, on fait trop de zèle. Le but du harcèlement sera de casser ou de se débarrasser des individus qui ne seront pas conforme au système.

2- L’envie, la jalousie, la rivalité. On n’accepte pas l’autre parce qu’il est meilleur que soi. Le harcèlement arrive souvent quand une personne se retrouve sous les ordres d’un hiérarchique jaloux de son subordonné. Comment supporter quand on n’est pas sûr de soi de travailler avec quelqu’un plus qualifié et plus performant.

3- La peur. C’est un élément moteur car c’est par la peur que l’on devient violent : on agresse l’autre pour se protéger d’un danger car l’autre est considéré comme un ennemi potentiel et on va donc le harceler pour se débarrasser de lui.

4- Quand on n’adhère pas au mode de fonctionnement de l’organisation. Si vous refusez de vous conformer à certains comportements opérés par les autres salariés (délits), le groupe va se liguer contre vous, plus personne ne vous parle, on vous menace et vous craquez.

Comment se met en place le harcèlement moral

L’agresseur va blesser l’autre par divers procédés :

1- L’isolement : Le harcèlement est une pathologie de la solitude, on vise en priorité les personnes isolées qui sont des proies faciles car elles n’ont pas d’allié : femme seule avec des enfants à charge, une personne en situation précaire qui a peur de perdre son emploi. L’agresseur va isoler la personne ciblée pour qu’elle ne puisse pas se plaindre à ses collègues, le silence se fait autour de la personne, les autres sont gênés et ne s’en mêlent pas.

2- Le travail : on accable la personne de travail, on lui donne des objectifs impossibles sans lui donner les moyens de s’en sortir. La personne va commettre des erreurs, elle va être déstabilisée et finir par croire qu’elle est incompétente. On peut aussi ne plus donner de travail à quelqu’un.

3- l’intimité : l’agresseur évite les reproches professionnels pour viser l’intime, là ou cela fait mal, on s’attaque aux points faibles personnels, la personne n’a plus confiance en elle.

4- La perte de sens :  la personne est mise de coté, maltraitée ou humiliée par ses collègues ou par un supérieur sans qu’elle ait les moyens de comprendre pourquoi, sans qu’on lui explique ce qu’on lui reproche. La personne tombe malade, elle est licenciée sans motif réel, elle est traumatisée et ne s’en remet pas.

En général, l’entourage professionnel se désolidarise, même si la personne essaie de modifier son comportement, le processus se poursuivra jusqu’à l’élimination. L’agresseur, lui, sera dans le déni, il refuse de porter la responsabilité : c’est la personne visée qui invente ses plaintes, qui est difficile, caractériel ou hystérique. C’est ce qui est le plus traumatisant pour les victimes : la non reconnaissance par l’agresseur de ses agissements hostiles car la personne restera dans la culpabilité.

Pourquoi c’est du harcèlement moral

  • C’est intentionnel: c’est dans le but de nuire, d’éliminer quelqu’un volontairement.
  • Le harceleur est conscient qu’il agresse: cela peut être plus fort que soi, on ne peut pas s’empêcher de blesser l’autre. Parfois, on obéit à la hiérarchie pour faire partir une personne.
  • Les individus qui communiquent mal ou sont mal éduqué: ils blessent les autres par leur manque de considération et cela peut être vécu comme du harcèlement moral.
  • Les individus qui manipulent délibérément pour éliminer quelqu’un qui fait obstacle à leur progression.

Qui sont les victimes du harcèlement moral

Pour cette enquête, 350 questionnaires ont été envoyés aux personnes ayant témoigné de leur harcèlement moral. Les réponses ont permis d’analyser les caractéristiques des victimes.

1- L’âge : la moyenne d’âge des victimes est de 48 ans. Les jeunes subissent plus d’abus de pouvoir que de harcèlement moral. Les plus de 50 ans sont jugés comme moins performant ou pas assez adaptables et si ces personnes ont fait carrière dans la même société, un nouveau chef ou un nouveau dirigeant préférera se débarrasser des anciens qui représentent le passé de l’entreprise.

2- Le sexe : 70% pour les femmes – 30% pour les hommes. Les femmes qui refusent les avances d’un collègue ou d’un supérieur ou celles qui sont harcelées pour les empêcher d’accéder à un poste à responsabilité.

3- Le harcèlement discriminatoire : la discrimination est interdite par la loi mais devient du harcèlement :

  • pour des motifs raciaux ou religieux
  • en raison d’un handicap ou d’une maladie
  • en fonction des orientations sexuelles
  • pour les salariés protégés : délégués du personnel ou délégués syndicaux

Quelles sont les méthodes de harcèlement moral utilisées

Selon l’enquête, il y a 4 types d’agissements hostiles :

1- Par l’isolement dans 58% des cas. Le procédé consiste à mettre la personne à l’écart, on ne lui parle plus, on l’ignore. C’est un procédé difficile à prouver car l’agresseur va nier qu’il ne communique plus avec la victime et l’entourage va adopter le même comportement par peur.

2- Par l’atteinte à la dignité dans 56% des cas. Ce sont des moqueries, des gestes méprisants, des humiliations qui viennent souvent des collègues malveillants et les victimes sont tenues pour responsables en invoquant leur susceptibilité.

3- Par les atteintes aux conditions de travail dans 53 % des cas. On met la personne en difficulté afin qu’elle se retrouve incompétente : on met la personne ciblée en faute, on lui adresse des reproches, on critique sans cesse son travail. Ce type de harcèlement vient souvent de la hiérarchie pour se débarrasser de la personne mais les procédés sont subtils et la malveillance est difficile à prouver car on se retranche derrière l’intérêt de l’entreprise.

4- Par la violence verbale, physique ou sexuelle dans 31% des cas. On menace, on agresse la victime qui apparaît comme paranoïaque, ses plaintes ne sont pas entendues et les témoins sont souvent terrorisés.

Dans quels secteurs le harcèlement moral est-il plus spécifique ?

Le harcèlement prédomine dans le secteur tertiaire, le secteur médico-social et l’enseignement.

La répartition entre le secteur privé et le secteur public est identique mais prend des formes différentes. Dans le privé, le harcèlement est plus brutal et dure moins longtemps mais se termine par le départ de la personne. Dans le public, le harcèlement peut durer plusieurs années car les personnes ne peuvent pas être licenciées à moins d’une faute grave. Les méthodes de harcèlement vont être plus pernicieuses et aboutissent à des résultats dramatiques sur les victimes qui ne peuvent s’échapper ni par une démission, ni par un licenciement.

Les conséquences du harcèlement moral sur la santé

  • Stress et anxiété : lorsque le harcèlement se met en place, le corps de la victime tente de faire face à cette situation et des troubles fonctionnels vont apparaître : fatigue, nervosité, troubles du sommeil, troubles digestifs, douleurs musculaires.
  • Dépression : lorsque le harcèlement se poursuit dans le temps, un état dépressif peut s’installer, la personne harcelée se sent dévalorisée, coupable de ne plus être à la hauteur.
  • Troubles psychosomatiques : le corps enregistre l’agression avant que le cerveau comprenne ce qui se passe. On assiste à des prises ou à des pertes de poids, des troubles digestifs, des troubles endocriniens, de l’hypertension artérielle, des malaises, des vertiges, des maladies de peau. Toutes les personnes harcelées vont petit à petit développer une dégradation de leur état de santé et les mener à un arrêt de travail.

Les conséquences du traumatisme du harcèlement moral

Après plusieurs mois de harcèlement, les traces sont indélébiles allant du stress post-traumatique, à la honte ou à une modification de la personnalité. La victime portera une cicatrice psychologique qui la fragilisera et l’amènera à vivre dans la crainte et à douter de tout.

  • Le stress post-traumatique : le corps garde en mémoire les agressions. Les victimes ressassent sans arrêt les circonstances de leur exclusion, elles cherchent à donner du sens à ce qui leur est arrivé car les situations vécues sont inimaginables et elles ont du mal à mettre des mots sur leur souffrance.
  • La désillusion : le harcèlement moral use et les personnes perdent leur illusion et leur espoir car souvent elles avaient surinvesti dans leur travail.
  • La réactivation des blessures du passé : parfois les agressions viennent réveiller des blessures vécues avec un parent ou dans un autre travail.

Mais il y a aussi des conséquences spécifiques au harcèlement moral :

  • La honte et l’humiliation : c’est ce qui prédomine. La honte explique la difficulté des personnes à s’exprimer, honte de n’avoir pas su ou pu faire ce qu’il fallait pour stopper le processus, honte d’avoir eu à faire face à des agressions sans pouvoir réagir.
  • La perte de sens : on empêche la victime de travailler, on l’empêche de comprendre, d’analyser, on la paralyse.
  • Modifications physiques : le harcèlement peut provoquer une destruction de l’identité et modifier le caractère d’une personne. Quand on est victime, on a une agression contre laquelle on ne peut pas lutter, la personne est écrasée.

Harcèlement moral en milieu professionnel : comment se protéger contre un pervers narcissique ?

Le harcèlement moral au travail porte sur une cible précise. L’agression vient généralement d’un supérieur hiérarchique, d’un chef d’équipe ou d’un salarié qui a plusieurs années d’ancienneté dans l’entreprise.

Le harcèlement moral en milieu professionnel est motivé par des raisons comme la peur de l’autre, la jalousie, le refus de la différence, la discrimination… Le manipulateur sait entraîner les autres dans ses approches perverses pour déstabiliser la cible, la dégrader et la pousser à la démission.

Dans la plupart des cas, le responsable manipulateur est un pervers narcissique. Pour se valoriser auprès du chef d’entreprise, du cadre dirigeant et de ses collègues, il choisit sa cible et s’efforce de la dévaloriser afin de gagner en estime et en confiance en soi.

C’est un bon communicateur et un manipulateur hors pair. Le pervers narcissique ne manque pas une occasion de rabaisser sa cible. Cela se traduit par le dénigrement en public et auprès de la hiérarchie, les remarques désobligeantes sur son travail, les humiliations et les critiques sur son incapacité à être à l’aise en groupe…

La violence verbale et morale portée par le manipulateur sur sa cible engendre des problèmes physiques et psychologiques graves : fatigue et burn-out, douleurs musculaires et internes, insomnie, baisse de la productivité, incapacité de s’épanouir en milieu professionnel, manque de confiance en soi, etc.

Pour mieux se protéger d’un pervers narcissique au travail, il est recommandé de consulter un psychologue. Ce professionnel vous aide à ne pas perdre votre estime de soi malgré l’effort soutenu du pervers narcissique pour vous mettre hors course.

Le thérapeute vous suggère également des méthodes et approches pour mettre le pervers narcissique hors d’état de nuire. Cela consiste par exemple à demander un entretien avec le service RH afin de parler de ce que vous ne supportez pas dans l’entreprise et dans l’attitude du bourreau.

Vos armes pour vaincre un pervers narcissique sont votre sérénité et votre confiance en soi. Le psychologue peut vous aider à entretenir ces compétences comportementales.

 

Il existe plusieurs solutions pour faire face à un harcèlement moral au travail.

Partager cet article

Nos derniers articles

Comment trouver un bon prof d’anglais pour ses équipes ?

Comment trouver un bon prof d’anglais pour ses équipes ?

L’anglais est une langue tout simplement incontournable dans tous les secteurs d’activités aujourd’hui. Un locuteur anglais voit ses horizons s’ouvrir à un nombre incalculable d’opportunités plus que quiconque. Pour apprendre cette langue, vous avez le choix entre...

Qu’est-ce que licenciement pour faute grave ?

Qu’est-ce que licenciement pour faute grave ?

Lorsqu’un salarié est employé au sein d’une entreprise, celui-ci peut être licencié pour faute simple, faute grave ou faute lourde. Chacun de ces motifs de licenciement a sa propre procédure et des conséquences spécifiques. Selon la cause de l’interruption du contrat,...

Aller travailler à vélo – Un plus pour votre santé

Aller travailler à vélo – Un plus pour votre santé

Quel que soit l’environnement dans lequel il est utilisé, le vélo permet d’effectuer de nombreux déplacements en très peu de temps. Il peut notamment être utilisé pour se rendre au service et dans ce cas, il offre de nombreux avantages aux salariés. Découvrez dans cet...

Coaching sportif en entreprise : comment le mettre en place ?

Coaching sportif en entreprise : comment le mettre en place ?

Le coaching sportif en entreprise apporte de nombreux bienfaits pour la santé au travail des collaborateurs. En effet, les salariés sont souvent sédentaires et manquent de temps pour la pratique d'une activité sportive (course à pied, natation, gym, musculation..)...